Etudes épidémiologiques

Etudes de la population humaine, il existe 3 types d’études épidémiologiques :

  • Etude cas-témoin
  • Etude longitudinale (=cohorte) rétrospective (historique) ou prospective (vers l’avenir)
  • Etude transversale ou enquête de prévalence
  1. Etude cas-témoin

Les sujets sont sélectionnés selon la maladie étudiée (une seule pathologie à la fois). On compare deux groupes :

– Les « malades »

– Les « non malades » ou groupe témoin

Ex: on cherche à savoir si les troubles musculo-squelettiques sont plus élevés au sein des soignants (personnels hospitaliers manœuvrant les patients) par rapport au reste de la population.  

  1. Etude longitudinale ou Cohorte
  • Cohorte rétrospective

Les sujets sont sélectionnés selon l’exposition à laquelle ils ont été soumis par le passé, afin d’identifier et de comptabiliser l’ensemble des pathologies que ces individus ont contracté depuis ce temps passé, jusqu’au temps présent. L’objectif est de mettre en lumière les liens de causalité.

Ex: suivi des personnes qui ont pris le médicament « Médiator », afin de connaitre la survenue de valvulopathies

  • Cohorte prospective

Elle étudie la survenue de maladies (plusieurs pathologies peuvent être étudiées en même temps) dans une population dont on maitrise l’exposition, dans le sens où les expositions sont recensées et référencées, afin de mettre en lumière les liens de causalité

Ex: l’Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance (Elfe, en cours) suit plus de 18 000 enfants, de leur naissance jusqu’à l’âge de 20 ans, afin entre autres,  de mieux comprendre les causes de survenue de l’asthme et autres allergies respiratoires chez le jeune enfant

  1. Etude transversale ou enquête de prévalence ou étude d’observation

C’est un recueil à un instant T, à la fois des informations sur l’exposition et sur la maladie. Une sorte de « photographie »  de la population à l’instant T. Elle a pour objectif de mesurer la prévalence d’une maladie et d’évaluer les besoins sanitaires d’une population, sans mettre en évidence le lien de causalité.

Ex : la prévalence de l’asthme en France métropolitaine, tous âges confondus était estimée à 6,7% en 2006, soit un point de plus qu’en 1998 (5,8 %) (source InVS).

<< Retour au glossaire