Évaluation du risque sanitaire

L’évaluation des risques sanitaires est préconisée par l’Union Européenne pour évaluer l’impact sanitaire sur la population riveraine d’une usine classée ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement) à venir ou en cours d’exploitation par exemple. L’ERS repose sur :

  1. Identification des dangers

Il s’agit de recenser de manière exhaustive l’ensemble des polluants pouvant être émis directement (rejets dans l’air, dans l’eau…) ou indirectement (fuites, accidents…) par l’installation classée.

  1. Caractérisation des effets

Il s’agit de connaitre la dangerosité, la toxicité des polluants recensés à la phase 1.

On différencie les polluants à effets toxiques à seuil, des polluants à effets toxiques sans seuil.

  1. Estimation des expositions

L’évaluation des expositions de la population est réalisée à l’aide de deux méthodes :

  • Directe : on équipe des volontaires de capteurs à porter pendant un laps de temps donné
  • Indirecte : modélisation des déplacements et donc des expositions, en demandant par exemple à des volontaire de lister leurs habitudes de déplacements et le temps consacré (= budget espace-temps)
  1. Estimation de l’excès de risque

La dernière phase est celle qui permet de compiler les résultats obtenus par les trois premières.

ERS

  • Si les polluants ont des effets toxiques sans seuil (CMR ou PE), on calcule un excès de risque individuel (=ERI) puis un excès de risque collectif (=ERC) pour l’ensemble de la population

ERI = exposition estimée individuelle x excès de risques unitaire

ERC = ERI x population (nombre total de personnes exposées)

Excès de risques unitaire correspond à la probabilité de développer un cancer en cas d’exposition toute une vie (soit 70 ans par convention) à une unité de ce polluant. Une seule unité suffit pour déclencher un effet avec une certaine probabilité, cette probabilité augmente avec la fréquence de l’exposition (et non par rapport à la dose). Il est établi à partir d’études épidémiologiques chez l’homme souvent à partir d’expositions professionnelles, car ils sont exposés 5j/7 pendant de nombreuses années (20/30 ans).

<< Retour au glossaire