Arrêtons de promouvoir la désinfection dans le logement

désinfection systématique de notre logement

Stop à la désinfection systématique de notre logement et tout ce qui s’y trouve ! Toutes les bactéries ne sont pas pathogènes.

A moins d’être immunodéprimé(e), greffé(e) ou atteint(e) de mucoviscidose, nous n’avons pas besoin de désinfecter de manière quotidienne ou hebdomadaire, les sols et surfaces, le réfrigérateur, la planche à découper, les jouets et encore moins le linge de lit et les vêtements…

Surtout qu’il semble acquis, par une large partie de la population, qu’un environnement aseptisé est néfaste à long terme. En milieu hospitalier par exemple, les maladies nosocomiales sont le résultat (extrêmement) négatif d’un environnement hyper sélectif. De plus, l’aseptisation de nos milieux de vie est l’une des hypothèses privilégées pour expliquer l’augmentation des allergies (retrouver l’article Hausse des allergies, les différentes hypothèses).

Ne pas désinfecter son logement ne signifie pas ne pas le nettoyer.  La désinfection entraîne l’usage d’un biocide, le plus utilisé est la javel (hypochlorite de sodium) ou les ammoniums quaternaires (produits sans javel), lesquels sont très irritants et relarguent des composés chimiques dans l’air. Réaliser son ménage avec un détergent, comme une simple liquide vaisselle incolore et éco-labellisé peut faire l’affaire. L’utilisation de savon liquide, de solutions maison faites à partir de bicarbonate de soude et d’eau sont également efficaces.

Le saviez-vous ?

Utiliser de l’eau de javel comme nettoyant domestique augmente les risques d’infections ORL (nez-gorge et oreilles) et respiratoires chez les enfants, selon une étude publiée dans la revue Occupational and Environmental Medicine. Ces observations s’expliquent par deux raisons selon les scientifiques. « Les propriétés irritantes des composés générés par l’eau de javel peuvent endommager les parois des voies respiratoires favorisant l’infection de la flore locale. D’autre part, les produits ménagers à base de javel bloquent les réactions immunitaires de l’organisme » analysent les chercheurs (en savoir plus).

Enfin si vous souhaitez éviter la prolifération des bactéries pathogènes, qui sont dans le logement principalement les bactéries fécales, le premier et unique geste est de se laver les mains après chaque passage aux toilettes et de façon régulière.

D’ailleurs un article de Sciences et Avenir, du 22 février 2018, faisait mention qu’une « espèce de bactéries responsable d’infections en milieu hospitalier aurait développé une tolérance aux gels hydro-alcooliques » particulièrement utilisés en milieu hospitaliser depuis les années 2000. L’article était également l’occasion de rappeler que « L’efficacité du savon repose, elle, sur une action mécanique, en évacuant la couche de graisse sur l’épiderme avec les bactéries qui s’y trouvent ». Ainsi le lavage des mains (consciencieux) ne peut induire aucune résistance.

De Elodie | 25 février 2018 | Habitat