Vivons-nous dans un environnement trop aseptisé ?

« L’ensemble des maladies allergiques (asthme, conjonctivite, allergies alimentaires, etc.) concerne 25% à 30% de la population dans les pays industrialisés et leur prévalence a doublé entre 1981 et 2000 » [1]

L’article nommé « L’excès d’hygiène protège-t-il des allergies ? », publié sur le site du CNRS fait le point. Extrait :

« Depuis une vingtaine d’années en effet, deux théories opposées s’affrontent », reprend Steffi Rocchi. Selon l’hypothèse dite hygiéniste, un excès d’hygiène, limitant le contact avec les micro-organismes, modifie le système immunitaire des enfants provoquant chez eux une hyper-réactivité : les défenses de l’organisme se mettent alors en branle même face à des éléments inoffensifs comme du pollen (…) La seconde hypothèse, dite classique, soutient le contraire : ce serait une exposition excessive dès le plus jeune âge qui provoquerait une « hyper-réponse » immunitaire et donc l’allergie. 

Cet article renvoie à l’Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance ou Elfe, qui a démarrée en 2011. Cette étude suit plus de 18 000 enfants, de leur naissance jusqu’à leur 20 ans. Elle devrait à terme, nous permettre de mieux comprendre les causes de survenue de l’asthme et autres allergies respiratoires chez le jeune enfant, et peut-être trancher entre l’hypothèse dite « hygiéniste » et l’hypothèse dite « classique ». Début de réponse en 2016, quand les enfants auront plus de 4 ans, « car ce n’est qu’aux environs de cet âge-là que se déclarent les premiers cas d’asthme allergique. »

 

[1] Dossier de presse du MEDDE, Mesures pour améliorer la Qualité de l’Air Intérieur, janvier 2012

 

De Elodie | 13 juillet 2015 | Habitat