Mélange d’huiles essentielles et asthmatiques, la combinaison perdante

Puressentiel

Le mastodonte Puressentiel©, qui n’était à la base qu’une simple PME familiale, affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de 85 millions d’euros en 2015 et vise la place de « numéro un mondial de l’aromathérapie d’ici deux ans« . A l’origine de son succès, son spray assainissant à base de 41 huiles essentielles. Il s’en vendrait un « toutes les 12 secondes en France et rapporte le plus gros chiffre d’affaires de tous les produits d’officine, hors médicaments remboursés« .

La vente de ce produit uniquement en pharmacie (et parapharmacie) est une stratégie marketing finement pensée, car pour l’acheteur, c’est un peu comme si le produit avait été approuvé par le pharmacien et implicitement « bon pour la santé ».

5 choses à retenir avant de l’acheter :

1 – à chaque utilisation, il génère une pollution chimique massive dans le logement

UFC Que Choisir avait déjà mis en évidence, en 2014, que le spray Puressentiel© aux 41 huiles essentielles « charge l’air intérieur de nos logements en polluants ».

Deux études françaises, de 2015 et 2016, viennent confirmer cette observation. Elles ont mesuré la quantité de composés chimiques émis lors de l’utilisation de ce spray (cf. point 2).

2 – n’offrez pas ce spray à un asthmatique, c’est la crise d’asthme assurée

De manière plus générale, l’usage des huiles essentielles en spray, par contact ou ingestion est fortement déconseillé aux femmes enceintes et allaitantes, aux enfants de moins de 3 ans, aux asthmatiques et épileptiques.

Plus spécifiquement, les études sur Puressentiel© ont montré qu’une « pulvérisation entraîne une augmentation aérienne des composés organiques volatils totaux (COV totaux) et du limonène, supérieure aux normes. Au vu des données de littérature, les concentrations élevées de COV totaux sont délétères pour les asthmatiques. Par conséquent, l’utilisation d’huiles essentielles sous forme de spray ne doit pas être recommandée chez les patients asthmatiques ». En effet les quantités mesurées peuvent induire des réactions bronchospastiques.

3 – arrêtons avec le slogan « éliminez les microbes »

Le logement n’a pas besoin d’être aseptisé (ce n’est pas un hôpital) et pour éviter les épidémies de grippe ou de gastro, rien ne vaut un lavage régulier des mains, nettoyer les poignées de portes et éviter les contacts directs avec les personnes malades.

4 – la course n’est pas au nombre d’huiles essentielles présentes dans un produit

Ce n’est pas en ajoutant des dizaines d’huiles essentielles différentes, qu’on rendra le produit meilleur ou plus performant.

Une huile essentielle comporte déjà plusieurs propriétés à elle seule. Elle doit toujours être utilisée au compte goutte, car les huiles essentielles sont puissantes et mal-employées, elles peuvent être dangereuses (neurotoxiques, hépatotoxiques, provoquer un coma…).

5 – recherchez les pictogrammes au dos des produits

Ce sont les pictogrammes de danger. Ils sont obligatoires pour les produits chimiques et sont à éviter dans la mesure du possible. Plusieurs avaient été retrouvés sur un spray (prêt à l’emploi) et des flacons d’huiles essentielles pour diffusion. Retrouvez la signification de ces pictogrammes.

3exemples-huiles-essentielles

Bibliographie

Delmas C, Weiler AS, Ortega S, Duong O, Dazy A, Ott M, Schneider C, Moritz R, Leclerc N, Rivière E, de Blay F, Mesure de la concentration aérienne de COV terpéniques (dont le limonène) selon plusieurs procédures lors de pulvérisations d’un mélange d’huiles essentielles, Revue Française d’Allergologie, 2016, 56:357-363

Ortega S, Ott M, Dazy A, de Blay F, Mesure de la concentration dans l’air d’un composé organique volatil (COV), le limonène, libéré par la pulvérisation d’un mélange de 41 huiles essentielles de la gamme Puressentiel®, Revue des Maladies Respiratoires, 19ème Congrès SPLF, 2015, 32: pA37

De Elodie | 10 décembre 2016 | Modes de vie