Huiles essentielles, des perturbateurs endocriniens ? 

Huiles essentielles_lavande

Une nouvelle raison d’utiliser en tout état de cause les huiles essentielles car elles pourraient se révéler être des perturbateurs endocriniens.

On ne le répétera jamais assez, les huiles essentielles sont puissantes. Elles doivent être utilisées pour un besoin précis sur un laps de temps court. Elles ne sont pas adaptées aux enfants de moins de 6 ans et aux personnes vulnérables (asthmatiques, femmes enceintes et allaitantes…).

Huiles essentielles : de potentiels perturbateurs endocriniens ?

L’allégation « potentiels perturbateurs endocriniens » a été attribuée à l’huile essentielle de lavande et d’arbre à thé (tea tree) par le magazine Sciences et Avenir. Ils évoquent le congrès annuel de la Société Américaines d’Endocrinologie, à l’occasion duquel des médecins ont présenté des cas de gynécomastie masculine (développement mammaire chez les garçons) liés à l’utilisation de produits chimiques qui contenaient l’huiles essentielle de lavande et/ou d’arbre à thé. Ils précisent que lors de tests in vitro sur les cellules humaines, ils ont pu mettre en évidence les effets oestrogéniques (hormone féminine) et /ou anti-androgéniques (inhibiteurs de la testostérone) de ces deux huiles essentielles. Ils ont conclu en indiquant qu’après l’arrêt total de l’utilisation de ces produits chimiques, les symptômes chez ces garçons avaient disparu.

En France, 60 millions de consommateurs avaient également mis en garde contre des anti-poux aux huiles essentielles de lavande et arbre à thé, lesquels ont le vent en poupe car jugés plus naturels et sans danger (à tort). Ils relataient l’avertissement donné par le centre antipoison de Lille, qui dès 2016 avait publié un bulletin d’information intitulé « Alerte : intoxications aux huiles essentielles ». Le centre antipoison avait recensé le même phénomène, une augmentation inquiétante de poussées mammaires chez les jeunes garçons.

Rappel des bons gestes

L’usage des huiles essentielles est déconseillé chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante, les asthmatiques et les personnes souffrant de pathologies chroniques

Pour choisir vos huiles essentielles, référez-vous au nom latin.

Veillez à la qualité des huiles essentielles (lieu d’approvisionnement) et assurez-vous d’avoir une notice en français.

Ne jamais appliquer d’huiles essentielles directement sur les muqueuses, le nez, les yeux, le conduit auditif, etc.

Après un massage ou une application cutanée, bien se laver les mains

Ne jamais chauffer une huile essentielle pour la diffuser

Les huiles essentielles ne doivent pas être utilisées de façon prolongée (au-delà de quelques jours) sans avis médical.

 

Sources

60 millions de consommateurs, Produits antipoux : soupçons sur les huiles essentielles, publié le 24/11/2017

Sciences et Avenir, Huiles essentielles : une médecine alternative « naturelle » qui n’est pas sans risque, publié le 25/03/2018

De Elodie | 29 mars 2018 | Modes de vie