Vitamines, entre déficit et excès

Les vitamines n’apportent pas d’énergie à proprement parler comme les sucres (glucides). Elles interviennent au sein des différentes fonctions métaboliques de l’organisme (production d’éléments essentiels au fonctionnement de l’organisme ou élimination des déchets). Ainsi une carence en vitamine provoque une perturbation de ces métabolismes cellulaires, aboutissant à un fonctionnement limité de l’organisme (fatigue, trouble de la mémoire, de la concentration ou du sommeil, teint et cheveux ternes, etc.).

Les vitamines peuvent être produites par les cellules du corps humain ou par la flore bactérienne, mais certaines, celles qui ne sont pas synthétisées par l’organisme, proviennent exclusivement de l’alimentation.

1/ Vitamines produites par les cellules de l’organisme

La vitamine D permet l’absorption du calcium. En s’exposant au soleil, les UV favorisent sa production.

La vitamine B3 permet de réguler le taux de lipides dans l’organisme. Elle est l’alliée contre le « mauvais cholestérol ». La consommation de viandes blanches, saumon ou thon, est également une source de vitamine B3.

2/ Vitamines produites par la flore microbienne

La vitamine K favorise la coagulation sanguine. Les épinards, les brocolis, les asperges ou encore les haricots verts, soit de manière plus générale les légumes verts, apportent un supplément.

La vitamine B1 est indispensable pour transformer les glucides en énergie pour les cellules. Elle assure par cette même occasion le bon fonctionnement du système nerveux et musculaire. Levure de bière, huile de germe de blé, graine de soja, œufs de poissons, noix de macadamia, sont également des sources de vitamine B1.

La vitamine B2 (= riboflavine) assure la même action que la vitamine B1. Cette vitamine est également utilisée en traitement de fond des migraines et comme colorant alimentaire (couleur jaune) sous la dénomination E101.

La vitamine B8 (= vitamine H) joue un rôle important dans l’éclat de la peau, des cheveux et des ongles… Le foie, les œufs, les champignons, l’avocat ou les huîtres en apportent davantage à l’organisme.

3/ Vitamines non synthétisées par l’organisme, l’apport est donc exclusivement alimentaire.

La vitamine B5 favorise l’activité cellulaire, en particulier au niveau de la peau, des cheveux et des muqueuses.

La vitamine B6 est impliquée dans le métabolisme des protéines.

La vitamine B9 (= acide folique) favorise la multiplication cellulaire, c’est-à-dire la production de nouvelles cellules. Elle joue un rôle contre les maladies neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.

La vitamine B12 est anti-anémique, elle est nécessaire à la fabrication des globules rouges.

La vitamine C, vitamine E (= tocophérols) et la bêta-carotène (précurseur de la vitamine A) sont des vitamines anti-oxydantes, elles luttent contre le stress oxydatif qui aboutit à la mort cellulaire. La vitamine A est essentielle dans la synthèse des pigments rétiniens, sans elle, une cécité progressive s’installe.

En résumé

Les vitamines A, D, E et K sont des vitamines liposolubles, cela signifie qu’elles peuvent être stockées dans les tissus adipeux. Une carence en vitamine est tout aussi problématique qu’un excès en vitamines (hypervitaminose). En particulier pour les vitamines liposolubles, qui se révèlent plus facilement toxiques du fait de leur stockage dans l’organisme.

Exemples d’hypervitaminoses :

  • Une hypervitaminose A peut aboutir à des manifestations dermatologiques : érythème, eczéma, des troubles hépatiques ou encore de céphalées (maux de tête) s’accompagnant de vomissement.
  • La vitamine C, à fortes doses, peut entraîner la formation de calculs rénaux.
  • Un excès de vitamine B6 peut entraîner des troubles de la mémoire.
  • Une grande étude publiée en 2014 a démontré clairement que la prise de compléments alimentaires contenant de la vitamine E et du sélénium augmentait significativement le risque de développer un cancer de la prostate (source : vidal)

 

Naturellement les hypervitaminoses sont rares. Elles sont principalement liées à la consommation quotidienne de compléments alimentaires.

En conclusion, pour bénéficier au mieux des vitamines, il convient d’avoir une alimentation la plus diversifiée possible en essayant de tenir les 5 portions de fruits et légumes par jour. La supplémentation en vitamines doit répondre à besoin précis sur une courte durée, comme un coup de mou passager par exemple et de préférence sur recommandations médicales.

Pour savoir quels aliments contiennent ces vitamines, rendez-vous sur la table de composition nutritionnelle des aliment – Ciqual, de l’Anses.

Et pour aller plus loin, retrouvez les articles :

 

 

 

De Elodie | 6 mai 2018 | Modes de vie