Les 10 idées-reçues les plus répandues en santé environnementale

idees recues sante environnement

Top 10 des idées-reçues

1- La qualité de l’air extérieur s’est dégradée depuis une dizaine d’année.

Globalement la situation de fond s’est améliorée. De 2000 à 2016, les concentrations des quatre polluants réglementaires:  le dioxyde de soufre (SO2), le dioxyde d’azote (NO2), l’ozone (O3) et les particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10), ont baissé de manière significative. Malgré tout des pics de pollution persistent, en partie lorsque les conditions météorologiques sont défavorables (inversion thermique, conditions anticycloniques…).

amélioration de la qualité de l'air_Pollution atmosphérique

Retrouver les articles :

 

2- Certaines plantes peuvent dépolluer l’air de mon logement

Elles n’ont aucun impact sur la qualité de l’air intérieur, peu importe l’espèce végétale.

Retrouver les articles:

 

3- Les sprays assainissant aux huiles essentielles sont bons pour mon logement

Les produits parfumés, dont les huiles essentielles, émettent des composés organiques volatils (COV). Autrement dit, ils génèrent une pollution chimique dans le logement. Néanmoins les huiles essentielles peuvent être utilisées pour se soigner, c’est l’aromathérapie.

Retrouver les articles :

 

aromatherapie essence oil

4- Fumer à la fenêtre, revient à fumer dehors

Non, une partie s’évacue et une partie rentre dans le logement. Pour le protéger, la cigarette c’est totalement à l’extérieur. D’ailleurs, d’après l’académie de médecine c’est le polluant n°1 de l’habitat.

Retrouver les articles :

 

5- Il me faut absolument un appareil dépolluant l’air intérieur

Misez tout sur la prévention, c’est la démarche la plus efficace pour préserver la qualité de son air.

Retrouver les articles :

 

6- Les antennes relais sont la principale source de mon exposition aux ondes électromagnétiques.

Et non, c’est notre téléphone portable.

Retrouver les articles:

 

téléphone portable, première source d'exposition aux ondes életromagnétiques

7- La pierre d’alun est une alternative sûre aux sels d’aluminium

La pierre d’alun est un sel d’aluminium comme les autres, même si elle est dite « naturelle ».

Retrouver l’article La pierre d’alun est-elle une alternative aux sels d’aluminium présents dans les déodorants et antitranspirants ?

 

8 – Il est nécessaire de désinfecter son réfrigérateur, ses sols, le linge des enfants…

Le marketing sur le zéro microbe n’a jamais été aussi présent, alors qu’on reproche justement qu’un excès d’hygiène serait responsable de l’augmentation des allergies.

Retrouver les articles :

 

9 – Les pesticides agricoles sont très dangereux (exemple du glyphosate) mais pas ma prise anti-moustique

Pesticides, herbicides, insecticides, ce sont tous des phytosanitaires présentant des risques non négligeables pour la santé.

Retrouver la vidéo Comment lutter efficacement contre les moustiques

 

lutter contre les moustiques
Tom/ Flickr

10 – Tous les contenants alimentaires en plastique sont dangereux pour ma santé.

C’est plus nuancé, tous les plastiques n’ont pas la même composition chimique. Pour certains, il est avéré qu’ils peuvent relarguer des phtalates (n°3 PVC) ou du bisphénol A – le BPA (n°7 Autres). Mais depuis le BPA a été interdit en France et pour les autres l’incertitude demeure. Par principe de précaution, les plastiques peuvent être évités.

Retrouver l’article Plastiques alimentaires, jouets… comment les reconnaître pour mieux les éviter?

 

*BONUS – Il est possible et facile de garantir le zéro risque.

Celle-ci, elle est cadeau 😉

En santé environnementale, tout est une question de balance entre les bénéfices et les risques. Est-ce que pour atteindre ces bénéfices, les risques sont acceptables ? Telle est la question.

Une relation causale n’est jamais facile à mettre en évidence. Isoler une cause aboutissant à une maladie (hors maladies génétiques) est chose complexe, car il faut tenir compte :

► des facteurs génétiques et de la susceptibilité génétique, qui fait que chaque individu est unique et réagit différemment aux diverses et multiples agressions.

► des facteurs environnementaux subis qui provoquent une multi-exposition : pollution de l’air, de l’eau, des sols…, aboutissant à ce qu’on appelle les effets cocktail.

► des facteurs comportementaux plus ou moins choisis : l’alimentation, l’activité physique, la gestion du stress, le sommeil …

► que la plupart des polluants ont des effets non spécifiques, c’est-à-dire qu’ils peuvent causer de multiples effets.

► que de nombreux agents/polluants restent peu connus en matière de risques sanitaires.

► que les effets sur la santé ne seront pas les mêmes selon le moment où on est exposé. C’est ce qu’on appelle la fenêtre d’exposition. Par exemple la vie in-utero et l’enfance sont une fenêtre de vulnérabilité pour l’organisme, qui se développe sous l’impulsion d’hormones, ainsi une exposition aux perturbateurs endocriniens peut présenter davantage de risques.

►…

Pour approfondir le sujet, retrouvez les articles:

De Elodie | 6 janvier 2018 | Santé Environnement