Pollution, produits chimiques, stress… nez tiraillé par une rhinite croûteuse

nez, rhinite

Connaissez-vous la rhinite croûteuse ?

Tel est son nom, je n’invente rien !

Bénigne, la rhinite croûteuse est surtout gênante pour son hôte. Elle se caractérise par la présence importante de croûtes dans les cavités nasales, qui obstruent, avec plus ou moins d’intensité, les narines et donc le passage de l’air. Elle génère également une sensibilité, dès que l’on se mouche ou touche le nez.

La présence des croûtes peut varier d’une narine à l’autre. Leur importance peut également varier durant l’année, mais elle n’est pas saisonnière, comme pourrait l’être la rhinite allergique. Elle fait partie des rhinites chroniques.

Les causes, de cet amas de croûtes, sont attribuées à une hypersensibilité de la muqueuse nasale, qui surproduit du mucus et finit par sécher. Cette surproduction de mucus peut être due à une agression par un virus, la pollution atmosphérique mais également par la pollution intérieure, l’exposition aux produits chimiques irritants, aux changements de température et même au stress.

Le traitement consiste en un lavage de nez, voire recourir à l’usage de corticoïdes nasaux. Pour les lavages nasaux, privilégiez les solutions d’eau de mer à base de soufre, pour ne pas agresser davantage la muqueuse.

 

La rhinite désigne une inflammation de la muqueuse, son origine définit son nom.

► La rhinite allergique perannuelle (allergie aux acariens ou aux poils de chat par exemple) ou saisonnière (allergie à certains pollens)

► La rhinite hypertrophique, liée à une hypertrophie permanente de la muqueuse nasale. Tabac, alcool, utilisation prolongée de vasoconstricteurs locaux, atmosphère polluée peuvent la favoriser.

► La rhinite médicamenteuse induite par la prise de médicaments, par voie générale ou nasale (effet secondaire). Par exemple, la rhinite suite à la prise d’aspirine est bien connue.

► La rhinite gustative, provoquée par la consommation d’aliments chauds ou irritants pour le nerf trijumeau (moutarde, poivre, raifort).

Et puis il y a la rhinite hormonale pendant la grossesse, la rhinite liée au vieillissement, la rhinite professionnelle non allergique

De Elodie | 26 juillet 2017 | Santé Environnement