Préambule à la santé environnementale

Le domaine de la « Santé-Environnement » est une notion relativement récente. Elle a émergé et pris de l’ampleur avec les crises sanitaires et environnementales qui se sont succédées au fil du 20ème siècle et qui ont marqué les esprits:  le déversement de mercure dans la baie de Minamata par la compagnie Chisso (Japon, 1932), la libération d’un nuage de dioxine,  suite à un accident survenu au sein de l’usine Icsema à Seveso (Italie, 1976), l’explosion de l’usine de pesticides d’Union Carbide à Bhopal (Inde 1984), Tchernobyl (Ukraine, 1986)…

Depuis les conséquences des pollutions environnementales (eau, air, sol) sur la santé humaine et les écosystèmes, tendent à être mieux comprises et davantage prises en sérieux. D’autant plus que les impacts sanitaires peuvent être coûteux pour la société, incitant les institutions publiques à prendre des mesures de précaution et de prévention des risques.

Par exemple les effets sanitaires de la pollution atmosphérique, ont été estimés entre 20 et 30 milliards d’euros annuellement pour la collectivité, en tenant compte des hospitalisations, des nouveaux cas de maladies chroniques (asthme, BPCO, allergies…), des arrêts maladies… [2] Quant au coût socio-économique des polluants de l’air intérieur, il serait proche des 19 milliards d’euros par an [1]

La santé environnementale est par définition incertaine, en perpétuelle mouvance, tant les expositions sont multiples, certaines volontaires (ex : tabac), d’autres totalement subies (ex : radon).

 

[1] Anses, OQAI, CSTB, Etude exploratoire du coût socio-économique des polluants de l’air intérieur, rapport d’étude, avril 2014.

[2] Commissariat Général du Développement Durable, Le point sur « Pollution de l’air et santé : le coût pour la société » n°175, octobre 2013

De Elodie | 25 juin 2015 | Santé Environnement